Contrairement au commerce traditionnel, où les produits sont vendus via un support ou un bâtiment réel, le e-commerce s’effectue par le biais d’interfaces électroniques ou digitales.

 

 

Selon une étude de Wix, en 2020 l’industrie du e-commerce a vu une augmentation de 114% de son chiffre d’affaire par rapport à 2019. En 2021, on attend un chiffre d’affaire de 4.88 mille milliards de dollars. Bien entendu, cette tendance est notamment due à la crise Covid à laquelle nous faisons face depuis plus d’un an. Les sites internet ont fleuri dans le monde entier. De 400 000 sites e-commerce en 2019, nous sommes passés à 600 000 sites web en un an.

Ainsi, des pics de vente impressionnants ont été atteints à travers le monde :

pics ventes ecommerce 2020

Source : Wix

 

Grâce au développement d’internet, on peut désormais commander n’importe quel produit depuis un ordinateur, une télévision connectée, une tablette ou un smartphone. Ainsi en 2020, le plus gros marché e-commerce était la Chine, suivi par les États-Unis, le Royaume-Uni, le Japon et l’Allemagne. (Source : Kinsta).

Voici une image détaillée des industries les plus lucratives dans le e-commerce :

industries lucratives ecommerce 2020

Industries lucratives par pays (source : Kinsta)

 

De nouveaux comportements d’achat sont également observés. Beaucoup d’utilisateurs ont réalisé leur premier achat en 100% digital en 2020, lorsque les magasins ont baissé le rideau avec les différents confinements.

marche e-commerce en europe postnord mouse coach barcelona

Source : Postnord

 

Des chiffres qui montrent le succès du e-commerce. En ligne, on peut mettre à la vente des biens physiques comme des vêtements ou de l’électroménager, des biens virtuels comme des livres à télécharger, formations et places de concert, ou encore des services, comme du baby-sitting ou de l’aide ménagère.

Développer son commerce en ligne devient indispensable pour s’adapter à la demande, mais il s’agit d’un processus long et complexe. Voici une série de conseils, pour vous guider dans la création de votre e-commerce.

 

 

1. Bien étudier votre budget 

 

Avant de commencer toute démarche, faites le point sur votre budget et planifiez toutes les dépenses qui pourraient subvenir. Entre la création du site e-commerce par un prestataire, la gestion de vos stocks, les frais de livraison ou de retours, vos dépenses peuvent vite dépasser ce que vous aviez prévu au début.

 

 

2. Avoir un projet solide

 

Pour avoir un site e-commerce qui fonctionne bien, le projet doit être bien construit. À commencer par votre idée : Qu’allez-vous vendre ? Quel est votre concept ?

Il est nécessaire d’examiner votre projet le plus minutieusement possible :

  • En quoi votre e-commerce est-il différent des autres ?
  • Quel marché est visé ?
  • Qui sont vos concurrents ?
  • Quelle demande allez-vous satisfaire ?
  • Quels sont vos obstacles ?

Certains outils de gestion peuvent vous aider à dresser une analyse complète de votre projet, comme le SWOT, qui permet de souligner les forces, faiblesses, opportunités et menaces de votre e-commerce.

On vous conseille également de réaliser le Business Model Canvas. C’est une méthode vous permettant de construire et visualiser facilement votre modèle économique, pour ensuite pouvoir le présenter avec clarté. Apprenez à en réaliser un grâce à cet article : Le Business Model Canvas : un outil incontournable pour tout créateur !

Ne négligez pas non plus certains détails comme le nom de votre e-commerce, l’identité visuelle, les valeurs de votre entreprise et le nom de domaine.

 

 

3. Comment réaliser sa boutique en ligne ?

 

Pour mettre en place un e-commerce, il faut paramétrer la boutique, tout en soignant le design. Vous pouvez le faire vous-même ou bien faire appel à un prestataire. Il ne faut pas hésiter à faire plusieurs devis avant d’engager un professionnel qui maîtrise la solution de e-commerce que vous souhaitez.

Il existe de nombreuses solutions pour monter votre e-commerce, comme Wizishop, Prestashop, Shopify ou encore WooCommerce le module de e-commerce de WordPress.

À choisir selon leur prix, vos produits ainsi que le nombre de référence que vous souhaitez gérer.

Pour en savoir plus lisez notre article sur « Les outils du e-commerce »

Attention, pensez aussi à bien vérifier que votre site est responsive c’est-à-dire adapté aux mobiles. Cet aspect est incontournable aujourd’hui sachant que le trafic mobile a largement augmenté, car les internautes ont passé plus de temps sur leur smartphone. Pour preuve, en 2021 le mcommerce devrait atteindre 72,9%.

 

 

4. Comment mettre en valeur ses produits ?

 

Concernant vos produits à la vente, pensez bien aux références :

  • Combien en proposez-vous sur le site ? Il vaut mieux commencer avec un nombre de références restreintes lors de la mise en route puis augmenter progressivement.
  • Y a t-il une référence pour chaque produit, par lot ou gamme ?

Sans oublier de bien détailler la déclinaison de vos produits en termes de couleurs, de tailles et d’adapter, en fonction, l’arborescence de votre e-commerce.

Attention, plus vous intégrez de variables, plus il est compliqué de gérer les différentes catégories ! Si vous vous orientez vers un site multilingue pensé aussi que cela va démultiplier le nombre de fiches produits qu’il faudra traduire dans chaque langue.

De même, pensez à bien détailler vos fiches produits avec au moins 100 mots, ce qui permet d’optimiser au maximum le référencement.

 

 

5. Quel moyen de paiement ?

 

Le paiement par carte bancaire est essentiel. Il peut se faire par un service en ligne comme Stripe, Payplug ou Payzen ou par votre banque via un abonnement fixe mensuel et une commission à chaque transaction.

Paypal est un mode de paiement compatible pour les clients qui refusent de laisser leurs données bancaires.

Voici une infographie présentant un comparatif des modes de paiement :

infographie-solutions-paiements

Source : ECN

 

Vous pouvez aussi proposer un paiement par virement ou par chèque, néanmoins ces modes de paiement peuvent être plus compliquées à gérer.

Attention aussi à adapter les solutions en fonction des pays :

Payment preferences around the world

Sources : Shopify et Nielsen

Il est bien sûr possible de combiner plusieurs modes de paiement pour laisser le choix au client.

 

 

6. Quel prix ?

 

Il est nécessaire de savoir si vous voulez intégrer ou non les coûts de livraison ou les commissions de plateforme comme Paypal ou Stripe, au prix de vos produits.

A savoir que, seulement 35% des acheteurs sont prêts à payer pour la livraison en ligne. Les 65% restants ne sont pas disposés à payer les frais de port pour les commandes en ligne. (Source : Hosting Facts)

De même, réfléchissez à intégrer ou non les taxes dans vos prix. Sans oublier que si vous affichez des prix HT, la TVA peut changer selon les pays. Quant à la devise, adaptez-la au marché que vous visez.

 

 

7. Comment livrer les produits ?

 

Définissez la logistique de livraison que ce soit fait par un prestataire du type Colissimo, un transporteur privé, par Amazon ou un retrait en magasin.

Pour choisir, plusieurs aspects sont à prendre en compte:

  • Le prix
  • La politique de retour de produits
  • Les pays dans lesquels vous voulez faire livrer vos produits

Il est vraiment important de noter que 57 % des consommateurs ne renouvelleront pas leur commande s’ils vivent une mauvaise expérience de livraison (Source : étude Research Now). Il faut donc également penser à apporter un soin particulier à la livraison de vos produits.

 

 

8. Ne pas oublier d’élaborer des conditions générales de vente 

 

Elles contiennent toutes les informations à propos des conditions de livraison, des règlements, des remboursements, les remises, les pénalités, et les tribunaux compétents. Sa communication est obligatoire sur demande dans les relations commerciales entre professionnels.

Attention ces conditions sont propres à chaque boutique e-commerce, passer par une personne spécialisée est recommandée afin d’éviter des litiges préjudiciables si celles-ci sont incomplètes ou mal formulées.

 

 

9. Comment faire connaître votre e-commerce ?

 

Une fois votre boutique en ligne terminée, vous devez communiquer sur sa création.

Soit :

  • Par les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter, etc) en postant des informations sur votre site de e-commerce mais aussi autour de votre activité. Sachez que les médias sociaux influencent les activités d’achat de 23% des acheteurs en ligne et que 30 % des acheteurs en ligne déclarent pouvoir commander un produit en ligne à partir d’un réseau social.
    Les dépenses publicitaires dans les médias sociaux devraient dépasser les dépenses publicitaires dans les journaux d’ici 2019. (Source : Hosting Facts)
  • En obtenant un référencement Google optimisé, voire en achetant de la publicité. En effet, le fait d’être en première position dans Google génèrera un taux de clic de 34,36% via un ordinateur et un taux de clic de 31,35% pour les appareils mobiles. (Source : Hosting Facts) Pour optimiser votre SEO, consultez notre article : Comment améliorer son référencement naturel ?
  • En faisant de la publicité via d’autres médias
  • En trouvant des partenaires

 

En conclusion, ayez en tête les 10 points déclencheurs d’achat sur un site e-commerce :

 

 


Pour finir cet article, je voulais vous partager un retour d’expérience client lors de la refonte de son site e-commerce

retour-experience-refonte-site-e-commerce-mouse coach

“Je ne pensais pas que le projet prendrait plus de temps que prévu” confie Martine. “J’avais besoin d’un seul site e-commerce en quatre langues. J’en possédais déjà quatre différents mais c’était trop compliqué à gérer. Je propose plusieurs produits, vendus ensuite sous forme de différents packs” explique l’entrepreneuse française. Avec de telles contraintes, la mise en place du site a pris du retard. “J’étais assez surprise d’apprendre que l’agence web a fait appel à un autre développeur. Elle m’a expliqué par la suite que c’était pour trouver des solutions rapides”  raconte Martine.

Il faut savoir que certaines conditions rendent la tâche plus difficile pour des experts web, telle que le manque d’informations pour des sites déjà existants. Aucune base des anciens sites ne m’a été fournie. Même en tant que professionnelle, les transformer sans avoir les anciennes données de la première création représente un parcours compliqué.

Outre le long délai, l’entrepreneuse a appris que “contrairement aux idées reçues, la migration ne signifie pas qu’un site Internet est terminé. Avec mon site en quatre langues, cette étape fut compliquée et des modifications ont dû être apportées. Je ne m’attendais pas du tout à ces changements de dernière minute”. Plus un site est complexe, plus les risques de bugs sont grands durant la migration, les problèmes sont courants pour les sites marchands.

Vous l’aurez bien compris, en apparence, un site e-commerce peut paraître très simple à refaire ou à réaliser. Or, en raison de ses caractéristiques techniques, des obstacles peuvent apparaître au cours de la création du site Internet comme raconte Martine.

 

Source des images : Pixabay